Quelles sont les conséquences du vapotage sur la santé ?

Inventée en Chine en 2005, la cigarette électronique n’a pas tardé pour se tailler une réputation internationale. En effet, il aura fallu moins de 10 ans pour la voir créer le nouveau “marché du vapotage”. Les anciens fumeurs sont alors devenus “vapoteurs”.  Cependant, malgré la propagande féroce en faveur de l’e-cigarette, celle-ci reste sujette à bien des questions en matière de santé publique. Le produit reste très nouveau avec de très probables effets secondaires sur la santé. Dès lors les questions et les débats font rage se posent…Quelles sont les conséquences du vapotage sur la santé ?   Faut-il fumer électronique plutôt qu’à l’ancienne ? Vapoter est-il vraiment moins dangereux pour la santé qu’une simple clope ?

Avant propos : Cet article vise à éclaircir les lecteurs/rices sur la cigarette électronique et n’en fait pas la promotion. Fumer tue, fumer pue et fumer coûte cher. Si vous voulez vous relaxer, je vous recommande plutôt d’allez courir ou de faire une bonne marche à pied. Ce sera bien plus efficace. 

Quelle est la nocivité du vapotage ?

La cigarette électronique reste un produit assez neuf pour les fumeurs du monde entier. L’absence de cadre juridique autour de ce produit offre un vrai boulevard commercial pour les vendeurs de “nicotine en flacon”.

En effet, si personne ne prétends que la vapotage est une activité bonne pour la santé”, certains aiment à faire penser que cette cousine de la cigarette traditionnel n’est pas vraiment toxique

Des études qui disent tout et n’importe quoi…

Avouons que le débat est assez troublant. Il suffit de consulter le site stop-tabac.ch pour trouver une étude réalisée par des chercheurs britanniques démontrant que le risque de cancer potentiels diminuerait de 97% pour les fumeurs de e-cigarettes VS les cigarettes classiques... (source étude PHD)

Ok… mais que contient vraiment une cigarette électronique ?  

Que contient une cigarette électronique ?

Les 3 parties d’une cigarette électronique sont

  • la batterie qui va permettre de chauffer a substance et de simuler une combustion
  • l’atomiseur contenant le liquide qui remplace le tabac
  • la cartouche ou “filtre”

L’atomiseur contient un liquide odorant qui sera inhalé à la manière d’une cigarette ordinaire. Cette solution liquide est généralement composée des produits suivants (la composition peut varier en fonction des produits vendus en magasins...)

  1. du propylène glycol : Comme l’indique la page Wikipédia, le propylène glycol est un composant pétrochimique qui est souvent utilisé, à faible dose, dans l’industrie alimentaire, mais aussi dans l’industrie médicale (pour le médicament Dilantin) ou même en aéronautique pour limiter le givre sur les ailes des avions….
  2. de la nicotine : la nicotine est la molécule qui provient du tabac. Elle provoque une addiction et reste la base indispensable pour tout fumeur. C’est aussi une substance psychoactive qui peut aussi servir de coupe-faim ou d’antidépresseur.
  3. des arômes divers
  4. de la glycérine végétale : un liquide assez courant et très utilisé par l’industrie pharmaceutique pour l’élaboration de nombreux médicaments.

L’argument clé des e-shop de cigarettes electroniques comme le site vapoclope, c’est qu’elle ne contient justement pas des matières fortes telles que le goudron et le tabac, juste un peu de nicotine aromatisées et quelques substances réputées comme “peu toxiques”.

Cette nouvelle forme de consommation dispose aussi d‘atouts originaux pour séduire les fumeurs les plus classiques comme des nouveaux parfums personnalisables ou une composition de nicotine ajustée selon leurs dépendances et les objectifs des fumeurs.

On entend, par ailleurs souvent l’argument massue du “je fume de l’électronique, car c’est moins fort, mais demain j’arrête”. 

Est-ce vraiment sans danger ?

Bien que les chercheurs n’arrivent pas encore à établir nettement les risques de l’e-cigarette, ils peuvent présager son degré de danger à partir de sa composition. Comme ce produit ne dispose pas de substances chimiques citées précédemment, elle est forcément moins néfaste que dans sa forme classique dites “à combustion”. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’elle est inoffensive.

Comme indiqué précédemment, certains liquides customisés disposent d’éléments très nocifs lorsqu’ils sont chauffés, comme par exemple, le diacetyle qui, s’il ne fait pas parti des composants de base reste très présent dans de nombreux cas.  Ce liquide n’est pas vraiment gênant lorsqu’il est consommé comme additif alimentaire, mais il peut s’avérer toxique une fois chauffé, mais il y a aussi des études qui disent le contraire

Une utilisation fréquente de ce produit pourraient alors endommager les poumons et à la formation d’un cancer.

À forte dose, la nicotine n’est pas sans conséquence pour la santé. Si les cigarettes électroniques permettent de diminuer les doses de nicotine dans le flacon, cela ne reste donc pas sans danger. L’effet peut même s’avérer contre-productif, car un fumeur dépendant risque fort de fumer deux fois plus, avec des doses réduites plutôt que de chercher à arrêter pour de bon.

Le vapotage peut aider à réduire sa consommation de nicotine à condition de se limiter à un nombre de cigarette par jour..

Quel est le cadre juridique de la cigarette électronique ?

Entrant dans la catégorie « tabac », la vente et l’utilisation des e-cigs sont soumis aux mêmes lois et règlements que les cigarettes à l’ancienne. La vente est interdite au mineur de moins de 18 ans.

Ce produit est forcément déconseillé aux enfants, adolescents et aux femmes enceintes. La nicotine et les autres substances chimiques peuvent nuire aux développements de l’embryon ainsi qu’aux cerveaux et poumons des jeunes enfants et adolescents. Les interdire est donc impératif.

Les cigarettes électronique sont-elles une réponse efficace  pour arrêter de fumer ?

Dans un monde idéal ou en cas de forte dépendance, la cigarette électronique peut aider certains fumeurs à diminuer progressivement leurs consommations de tabac (9 cigarettes/ jour en moyenne selon le Baromètre de la santé du 2014).

Si vous êtes vraiment dépendant, il est tout de même préférable de se faire accompagner par des proches ou un spécialiste qui vous aidera à arrêter pour de bon  Le tabac, c’est tabou, on en viendra tous à bout, ne l’oubliez jamais ! 

A lire aussi

Bruno

Nature, jardinage, cuisine et plein air. Voltaire nous l'a bien dit : Il faut cultiver son jardin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.