Choisir le bois pour sa cabane de jardin brico !

L’été approche et vous êtes déjà bien en retard sur l’aménagement de votre jardin. ? Les plantes poussent en pagaille et vous devez ressortir les vieux outils de jardin bien planqués au fond du garage. Et chaque année, le même cirque recommence, il faut tout déblayer pour aller chercher la tondeuse ou le coupe haie.. Peut-être qu’avec un peu plus d’espace et d’organisation, vous seriez plus à même de jardiner ? Qu’ils soient chalets préconstruits, poulaillers ou cabane de jardin brico faites à la main, les abris de jardin sont peut-être une solution à envisager lorsqu’il s’agit de ranger vos outils de jardinage sans vous mélanger les pinceaux.

Si le bois reste une valeur sure, car alliant élégance et robustesse, il peut s’avérer difficile à choisir tant les formes et les essences disponibles varient. Selon vos besoins, votre budget et vos envies, un grande variété de matières vous attendent. Cette fois avec une cabane de jardin brico, vous n’aurez plus d’excuse pour entretenir la pelouse !

Les différentes formes de l’abri bois

Les cabanes de jardin brico revêtent plusieurs formes. Qu’elles soient en squelette, poteaux ou madriers ;  à chacun son rôle et son utilité.

Le squelette ou l’ossature de l’abri de jardin en bois

Voici la forme la plus répandue et peut-être la plus économique. Elle se présente sous la forme d’un grand jeu de construction aux multiples pièces. Cela peut paraître fastidieux, pourtant les sections employées sont faibles et les différents assemblages sont faciles à réaliser. Des portiques montés au sol constituent les murs porteurs qui seront érigés puis reliés les uns aux autres. Des chevrons ou des fermettes serviront à la charpente. Il est, le plus souvent, possible d’intégrer un isolant ou de placer des panneaux intérieurs. En effet, cette forme permet toutes les libertés pour l’aménagement intérieur, soit nu soit aménagé. La couverture sera idéalement faite de bardeaux bitumés.

L’abri de jardin en panneaux ou poteaux-poutres

Cette forme très commune est composée de panneaux porteurs assemblés directement entre eux. Dans la forme dite de poteau-poutre, ce sont les tenons et les mortaises qui unifient les éléments ou des systèmes de connexions métalliques. La charpente sera alors de forme traditionnelle. Ce type de construction permet de laisser les poteaux apparents ou d’ajouter des fermetures sur la structure selon les besoins. Ce principe permet donc une multitude de possibilités et d’options proposées par les revendeurs. L’avantage est de pouvoir faire évoluer votre construction au fil du temps si vous le souhaitez.

Les madriers empilés

C’est la technique de construction traditionnelle des chalets. Une bonne maîtrise du travail du bois est nécessaire pour se lancer dans ce type de construction qui se fait à partir de bois brut. Le tassement progressif des madriers demande de la précision dans la découpe des pièces et ce n’est pas une opération toujours facile à mener. Cependant, on trouve de nombreux modèles vendus en kit, de différents styles et de différentes qualités. Le principe constructif par madriers empilés associé au principe du prêt à assembler rend l’opération plus simple voire facile.

Les différentes essences de bois

Il existe une multitude d’essences de bois pouvant être utilisé comme bois de construction. A côté du pin et de l’épicéa, qui sont les essences les plus communes, s’en trouvent beaucoup d’autres comme le peuplier ou le cèdre qui auront pour chacun d’eux leur spécificité. Certaines essences considérées comme des bois rares, nobles ou difficiles à travailler ne sont plus ou peu utilisés de nos jours pour une cabane de jardin brico.

formes de bois
Choisir le bon bois pour sa cabane de jardin

Les bois courants

Le pin

Ce bois, rougeâtre et aux nœuds plutôt marqués, est facile à travailler. Il est très apprécié en menuiserie pour ses caractéristiques particulières qui sont : une bonne stabilité dans la mesure son peu de sensibilité aux variations d’humidité et de chaleur. Sa bonne rétention des vis et des clous. En revanche, le pin, à l’état naturel, est perméable. Il est pour cela déconseillé pour les constructions extérieures s’il n’a pas subi de traitement préalable. Une fois traité autoclave, il peut atteindre facilement la classe 4 en matière de résistance à l’humidité. Il devient alors un matériau adapté aux constructions extérieures.

L’épicéa

Ce bois, très répandu en Europe, se reconnaît à sa teinte claire, voire blanche. Il est aussi très facile à scier et à raboter. L’épicéa qui souffre peu de fléchissement et de rétrécissement peut être un très bon bois d’ossature, de charpente et de menuiserie en général.

A chaque bois sa spécificité Le classement des bois se fait selon leur densité moyenne, du plus léger au plus lourd sur une mesure effectuée à 12 % d’humidité. Leur niveau de résistance et leur utilisation sont fixés selon cette classification. Il n’est pas toujours simple de donner pour chaque essence un repère de résistance en extérieur, car cela dépendra des traitements exécutés et de la présence ou non d’aubier. Parmi les bois les plus résistants on retrouve les bois exotiques. Ils sont très nombreux. D’autres, en revanche, comme le frêne ou le hêtre ne sont pas du tout conseillés en extérieur et d’autres encore, comme l’acacia ou l’eucalyptus qui sont d’une très haute qualité, ne sont que peu exploités.

Les principales essences de bois utilisées en construction

    Voici une liste non-exhaustive des essences de bois de construction utilisées en extérieur et leurs densités respectives exprimées par kilogramme par mètre carré.

  • Le Bubinga avec une densité de 925
  • Le Cèdre rouge avec une valeur de 370
  • Le Châtaignier avec un indice de 620
  • Le Chêne avec 710
  • Le Douglas avec 540
  • Le Doussié avec une valeur de 750
  • L’Épicéa avec 450
  • Le Ipé avec un indice haut de 1050
  • Le Mélèze avec 600
  • Le Méranti avec 680
  • Le Peuplier avec une densité de 460
  • Le Pin maritime avec 510
  • Le Pin sylvestre avec une force 530
  • Le Sapin de 450:m
  • Et enfin le Teck avec 700 KG/m2

Les différentes formes du bois d’une cabane de jardin brico

le bois pou un abri de jardin

Les plots

C’est la solution la plus économique, des planches ou des plateaux bruts de sciage non ecorcés. Il faut alors recouper les planches à la largeur désirée ce qui occasionne souvent 10 à 30 % de perte. C’est sous cette forme que l’on trouve la plus grande variété d’essences disponibles.

La forme Avivé

Elle se trouve sur demande, en scierie le plus souvent. Ces premières et dernières planches débitées, portant l’écorce de l’arbre sont des longues sections rectangulaires (des dosses avivées). Cette technique de planches posées bord à bord, (le côté proche du cœur de l’arbre vers l’extérieur) permet au bois, qui n’est pas un matériau stable, de se déformer dans le bon sens. Cette technique est aussi utilisée afin d’économiser de l’espace et donc du coût sur le transport.

Le bois d’œuvre

Le bois d’œuvre, nom donné aux bois de construction aptes à tous les emplois hors bois de chauffage, pourra porter une multitude de nom : poteau, chevron, solivette, liteau, lambourde, volige ou encore devenir madrier, bastaing. Le pin est l’essence la plus commune pour le bois d’œuvre et se commercialise toujours traités en autoclave pour des raisons d’obligation légale.

Les bois modifiés

Ce bois est travaillé et destiné à un usage bien particulier comme parquet, plinthe, ou encore baguette par exemple. Il est toujours vendu sec. On le trouve en grandes surfaces de bricolage, en négoce de matériaux ou bien en jardinerie. Il s’agit le plus souvent de plateaux ou de poutres de plus grandes dimensions faites à partir de plusieurs pièces de bois massif collées entre elles. Cette opération augmente considérablement la stabilité du matériau.

Les Panneaux reconstitués ou OSB

Ces plaques reconstituées à partir de larges copeaux de bois sont ce qu’on appelle OSB (Oriented Strand Board). Ce matériau est spécialement prévu pour les constructions à ossature bois. Différentes épaisseurs sont disponibles et peuvent s’utiliser aux quatre coins de l’habitat.

Les bardeaux bitumés

Ce bois de construction convient particulièrement aux édifices légers. Les bardeaux bitumés ou shingle sont disponibles dans de nombreux coloris. Ce matériau fait une couverture particulièrement économique.

Le bois face aux intempéries

    Les bois de constructions sont classés selon leur niveau de résistance à l’eau. De la plus basse résistance à la plus haute.

  • La classe I : les bois craignent l’humidité, il doit être abrité, totalement protégés des variantes climatiques.
  • La classe II : les bois doivent être protégés des aléas climatiques, abrités mais peuvent supporter une humidité occasionnelle.
  • La classe III : les bois peuvent être exposés, soumis à une humidité fréquente, mais sans être pour autant en contact direct avec le sol ou le point de facteur de l’humidité.
  • La classe IV : les bois résistent à un contact avec le sol ou l’eau courante, ils peuvent être exposés de façon permanente à l’humidité.
  • La classe V : les bois peuvent être soumis à l’eau, et même à l’eau salée, de façon permanente.

La multitude de formes et d’essences de bois vous permettent d’alimenter votre imagination avant de réaliser le plus beau des abris de jardin. Désormais tout est possible, il suffit juste d’avoir envie d’embellir votre petit coin de paradis !

Si vous souhaitez davantage d’informations sur les abris de jardin, n’hésitez pas à venir visiter le site www.plantes-et-jardins.com

Bruno

Nature, jardinage, cuisine et plein air. Voltaire nous l'a bien dit : Il faut cultiver son jardin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *